You are not logged in.

#1 2010-11-23 15:49:57

Benoit
Administrator
Registered: 2016-07-08
Posts: 10

Grandes marées: le pont de Chợ Lách mis en danger

Cette année plus encore que l'année passée, les grandes marées ont commencé tôt et se poursuivent tard. L'équinoxe a eu lieu le 21 Septembre, et jusqu'à la mi-Novembre, qui a vu la pleine lune, nous avons encore des marées plus hautes que d'ordinaire. Est-ce du à la régulation que les Chinois font des crues du Mékong avec de nouveaux barrage hydrauélectriques? Possible.

Il y a une quinzaine de jours, le 6 Novembre 2010, le traffic a été interrompu sur le trajet le plus classique des Bassac, au niveau du pont de Chợ Lách, dans la province de Bến Tre. Le pont, donné pour 7 mètres de tirant d'air, a été endommagé à cause de la marée. Un porte-container aurait tenté de se glisser sous le pont alors que la marée montait et n'a pu ni le franchir ni faire machine arrière. Avec la montée de l'eau, il aurait soulevé le pont.

Le courant s'inverse tous les jours, et remonte le canal souvent deux fois par jour pendant plusieurs heures. Beaucoup de bateaux s'engagent dans le sens du courant pour profiter de l'économie de carburant que ca leur apporte, ce qui provoque beaucoup d'affluence au moment de l'inversion du courant, tout un ballet de barges, de vraquiers et autres remorqueurs. Mais ils le font au prix de leur capacité à manoeuvrer: on ne peut manoeuvrer un bateau qu'en poussée, et quand tout le monde est au ralenti dans le courant, la dérive est la règle. Quand en plus le bateau est trop long pour faire demi-tour dans la largeur du canal, s'il doit s'arrêter, il n'a pas d'autre option que de faire machine arrière, ce qui est très inefficace.

Au premier abord, les autorités portuaires ont annoncé un arrêt du traffic pour 5 jours, et il faut leur reconnaitre ca: le Vendredi 12 Novembre, soit six jours après l'accident, quand le pont de Chợ Lách a été contrôlé bon pour le service, le traffic fluvial y était réouvert. Pendant l'interruption, les bateaux qui naviguent sur cette région ont du contourner toute la presqu'ile de Bình Hòa Phước pour rejoindre Măng Thít à partir de Mỹ Tho, ce qui rajoutait près de trois heures de navigation pour les bateaux relativement rapides, et souvent un cycle de marée de plus pour les grands chalands. Ca n'a pas interrompu les services de croisière de tout le monde: les Bassac ont assuré leur service en faisant le grand tour de Bình Hòa Phước.

Le canal de Chợ Lách semble ne pas avoir existé quand les premières cartes de la régon ont été établies, en 1858. Bình Hòa Phước aurait alors été une ile sur le Mékong, et la séparation entre Cổ Chiên et le premier bras ne devait se faire qu'un peu en amont d'où se trouve le canal aujourd'hui. 150 ans plus tard, il a fallu creuser un canal pour faire passer le traffic, et il se prolonge sur quelque sept kilomètres.

Offline

Board footer

Powered by FluxBB